Connect with us

Sport

Pip Hare: ce que ça fait de courir le Vendée Globe

Published

on

Pip Hare: ce que ça fait de courir le Vendée Globe

Pip Hare a été le premier skipper britannique à terminer le Vendée Globe 2020-21. Elle partage les hauts et les bas de sa course

J’ai rêvé de concourir dans le Vendée Globe depuis que j’ai lu la course dans un magazine de voile à l’âge de 17 ans.

Malgré le verrouillage du COVID-19 qui a enveloppé le départ l’année dernière, l’émotion de se tenir sur la proue de Medallia, de sortir du chenal des Sables d’Olonne avec des habitants accrochés aux fenêtres, frappant des casseroles et criant des encouragements, m’a rempli d’un sentiment incroyable de joie et d’accomplissement.

J’avais travaillé si dur pour entrer dans la course et j’avais été soutenu par tant de personnes; J’étais déterminé à savourer et à profiter de chaque instant, quoi qu’il apporte.

Démarrer la course a été une expérience étrange.

Il y avait une partie de moi qui avait du mal à croire que j’étais réellement là.

Mes amis et ma famille m’ont énormément manqué et je me suis senti trompé par le fait que mes parents ne pouvaient pas partager le moment avec moi.

Pip, qui a une formation en croisière et en enseignement, court depuis 2009. Crédit: Richard Langdon / Ocean Images

Mais une fois que le brouillard s’est levé et que le report de deux heures du départ a pris fin, je me suis retrouvé à faire la queue avec mes héros.

J’étais dans l’épaisseur d’une ligne de départ aux côtés de bateaux à foils 2020, de skippers expérimentés et de campagnes de plusieurs millions d’euros, mais j’ai senti que j’avais mérité mon droit d’être là et j’ai mis la proue vers le départ, déroulé le gennaker et navigué dur pour la ligne.

Mon sourire était large et sincère et il quittait rarement mon visage pendant les 95 jours suivants.

J’avais entendu dire que le succès du Vendée Globe avait beaucoup à voir avec la façon dont un skipper gère les casses et les revers sur le bateau.

Nous avions préparé Medallia au plus haut niveau possible dans le temps disponible, mais j’étais toujours parfaitement conscient que je pilotais un vieil IMOCA 60 et que les choses allaient se casser.

En quittant l’océan Austral, Pip trouve le temps de profiter d’un rite de passage. Crédits: Pip Hare / Medallia

Ce sentiment a été validé la première semaine lorsque l’un des anneaux en D en acier inoxydable sur le dessus de mon voyageur s’est coupé; après notre premier grand front météorologique, ma ligne d’amure de foc était frottée, l’un des élastiques du gréement s’était cassé et j’ai dû refermer ma table de dôme assise.

A partir de ce moment, j’étais dans un programme continu de maintenance des bateaux pour garder Medallia en forme de course.

Mon expérience à la fois en tant que bateau de croisière et en ayant dirigé mes propres programmes de course à petit budget au cours des 12 dernières années m’a aidé à gérer ce cycle de maintenance.

J’ai une expérience pratique dans tous les domaines de la préparation des bateaux, du laminage à l’électronique et je suis habitué à être créatif avec les matériaux à bord.

Quelques correctifs ingénieux comprenaient une réparation du vase d’expansion d’eau douce sur le moteur, en utilisant une écope coupée pour s’adapter puis collée au réservoir, et un couvercle de protection pour mes boutons de quille-treuil fabriqué à partir d’une bouteille en plastique.

A lire aussi   Thierry Henry, un nouveau défi de coach en MLS !

Soulagement après avoir remplacé son gouvernail bâbord. Pip a gagné des légions de fans pour ses rapports de course honnêtes et enthousiastes. Crédits: Pip Hare / Medallia

Je n’étais pas le seul à gérer les problèmes techniques à bord.

Les règles permettent aux participants d’avoir l’aide de leurs équipes à terre pour résoudre les problèmes, mais pas pour faire des mises à niveau ou changer quoi que ce soit qui améliorerait les performances.

Mon directeur technique Joff Brown a une énorme expérience du Vendée Globe, ayant préparé des bateaux à la fois pour Mike Golding et Dee Caffari, ainsi que pour Rich Wilson en 2016-17.

Tout au long de ma course, Joff avait constamment son téléphone à côté de lui.

Si j’avais un problème, nous communiquerions via WhatsApp sur une connexion satellite, en lui envoyant des photos, des vidéos et des fichiers audio afin qu’il puisse aider à évaluer les dommages et que nous puissions trouver une solution ensemble.

Le problème le plus important était mon changement de gouvernail dans l’océan Austral après avoir trouvé une grande fissure dans la mèche de gouvernail bâbord.

Les hauts de la course

Les hauts de la course

Il est impossible de choisir un grand moment de la course.

Il y avait tellement de hauts et ils concernaient plus l’euphorie continue d’avoir atteint une telle ambition à long terme et de faire quelque chose que j’aime vraiment, qu’un moment spécifique.

Une chose est sûre: j’ai adoré naviguer vite.

Quand j’ai appris que Medallia pouvait gérer l’océan Austral, j’ai profité de chaque occasion pour mettre le pied à terre et la sensation d’aller très vite au milieu de nulle part était addictive.

Ce n’est pas une sensation facile; le bateau est bruyant, vous êtes continuellement ballotté et il y a une discussion intérieure constante sur le moment de reculer.

J’étais hyper-alerte à tout bruit étrange ou indication que quelque chose n’allait pas.

De retour dans son port d’attache de Poole après son succès vendéen. Crédit: Poole Harbour Commissioners

Mais la première fois que j’étais en tête du classement des courses de 24 heures, cela m’a fait hurler de rire.

Il semblait ridicule que je sois là, en train de passer plus de 400 milles sur un bateau de 21 ans, mais une fois que je l’ai fait, je voulais plus. Ce n’est pas une navigation imprudente, c’est calculé.

J’ai toujours été conscient des conséquences de se tromper, mais j’aime le défi de naviguer vite et la gratification de gagner des places et de regarder ces kilomètres passer.

Passer le cap Horn a été un moment magique et beaucoup plus émouvant que ce à quoi je m’attendais.

Je me remettais encore de la chute du changement de gouvernail.

Mes instruments à vent ne fonctionnaient pas donc le pilote automatique naviguait de manière inefficace, et j’ai eu une journée de grains qui m’épuisaient et ralentissaient les progrès.

Le skipper solo britannique Pip Hare a franchi la ligne d’arrivée du Vendée Globe 2020 juste avant 01h00 le 12 février, remplissant…

Pip Hare parle à Elaine Bunting du long chemin pour réaliser son rêve vendéen

A lire aussi   Un attaquant recherche un club de régional ou départemental

Charlie Dalin a été le premier skipper du Vendée Globe à franchir la ligne d’arrivée, mais c’est Yannick Bestaven qui a pris…

Lorsque le bateau de Kevin Escoffier a coulé dans l’océan Austral en moins de deux minutes, il a été secouru par un autre concurrent du Vendée Globe…

Je ne pensais pas que j’aurais l’énergie de sourire au Horn, mais voir sa forme incomparable apparaître hors de la brume m’a complètement étouffé.

J’étais si heureux de savoir que j’avais terminé l’océan Austral.

La vérité est que j’étais heureux presque tous les jours où j’étais sur l’eau.

J’ai travaillé très dur pour me rendre au Vendée Globe et j’ai toujours été sûr que c’était quelque chose que je voulais faire.

Si je me sentais même un peu malheureux, je suis allé sur le pont, j’ai regardé où j’étais et ce que je faisais et je me suis senti chanceux et heureux d’être là.

La course baisse

La course baisse

Bien sûr, il y a eu des moments bas.

Un événement sportif qui oblige un athlète à performer 24h / 24 et 7j / 7 pendant trois mois sans interruption va pousser chaque concurrent à la limite, et il y aura des moments qui semblent insupportables.

J’ai trouvé ça difficile quand je ne pouvais pas performer ou que je faisais des erreurs dans ma stratégie qui me coûtaient des places.

Au début, j’ai eu du mal à me pardonner d’avoir commis des erreurs, mais j’ai vite appris que tout le monde dans la flotte avait ses propres drames, donc il y aurait toujours l’occasion de me reprendre et de tenter une autre chance.

Cela a beaucoup aidé dans la seconde moitié de la course.

Gagner le respect du vétéran vendéen Jean Le Cam. Crédits: Jean-Louis Carli / Alea

Mes jours les plus difficiles ont été la traversée de l’équateur au retour de l’Atlantique.

Je souffrais d’une réaction allergique à une piqûre de méduse qui avait couvert mes bras et mes jambes d’ampoules.

La chaleur était intense, il n’y avait pas d’ombre sur le pont et pas de ventilation en contrebas.

Je devais m’asseoir très immobile pour éviter que ma peau ne touche les surfaces, et j’étais ruisselante de sueur.

Pendant la journée, je me sentais misérable et impuissante à améliorer ma situation car je devais attendre que mes médicaments prennent effet et que mon corps se guérisse.

J’ai navigué dur la nuit quand il faisait frais et une joie d’être sur le pont.

Franchir la ligne d’arrivée

Franchir la ligne d'arrivée

L’arrivée a été la partie la plus stressante de toute ma course – encore plus stressante que de changer de gouvernail au milieu de l’océan Austral.

J’avais passé les trois derniers mois à éviter de naviguer au près dans des conditions de force coup de vent, des zones où il pouvait y avoir beaucoup de trafic et de proximité avec la terre.

Au cours des six dernières heures de course, je me suis retrouvé à battre au près, à 30 nœuds, à travers une énorme flotte de pêche et avec la ligne d’arrivée à quelques kilomètres au large d’une côte rocheuse.

Pip a terminé la course en 95j, 11h, 37m 30s. Crédit: Jean-Louis Carli / Alea)

Cela n’a pas été aidé par l’une des lignes – ce qui m’a permis d’incliner ma quille d’un côté à l’autre – se cassant, ce qui m’a obligé à aller profondément à l’intérieur du bateau, dans le compartiment de quille pour gréer une nouvelle ligne.

A lire aussi   Belle opération de Villiers le Bel sur le terrain du FCMV

Chaque partie de mon cerveau était en surcharge, me prévenant des risques partout.

Il faisait un froid glacial, mon estomac est entré dans une crampe très douloureuse qui ne s’est calmée qu’après l’arrivée, lorsque mon équipe à terre est arrivée à bord.

J’étais tellement stressée que je ne pouvais pas imaginer trouver le moindre sourire et redoutais les caméras et ma réaction décevante.

Pip Hare, 47 ans, est un coureur professionnel britannique, et ce depuis 25 ans. Elle a formé, géré des projets et collecté des fonds pour ses propres campagnes. Le Vendée Globe 2021-2021 était sa première course de yacht en solitaire autour du monde. Crédits: Mark Lloyd / Alea

Une fois de plus, le COVID-19 avait empêché mes amis et ma famille d’être à l’arrivée, mais une petite équipe à terre avait été autorisée à voyager et quelques amis qui vivaient en France sont également venus.

Au départ, je naviguais à travers le noir vers une ligne sans bruit et sans fanfare.

Mon RIB de soutien est sorti tôt mais il restait en retrait pour me donner de la place pour virer de bord. Je n’avais pas l’impression d’être sur le point de terminer le Vendée Globe.

Alors que je m’approchais de la ligne, une armada de semi-rigides s’est précipitée vers moi dans le noir, puis il y a eu du bruit, des projecteurs sur le bateau, des klaxons, des applaudissements et j’étais soudainement engagé dans ce que j’allais faire.

Franchir la ligne était incroyable.

J’avais atteint une ambition d’enfance et ça avait été mieux que je ne l’avais jamais imaginé.

Ma réception aux Sables était petite, au milieu d’un couvre-feu nocturne français; les camions-bennes du côté du canal klaxonnaient, Jean Le Cam est apparu et m’a donné un câlin à l’ours et le comité de course et l’organisation, compensant les amis et la famille absents, ont fait tout leur possible pour que je me sente spéciale.

Il est difficile de résumer le Vendée Globe.

C’est tellement unique, nécessitant de nombreuses compétences et une force mentale et émotionnelle ainsi que de la forme physique.

La course emmènera un marin de la plus grande euphorie au désespoir le plus intense.

Cela nous oblige à être performants 24h / 24 et 7j / 7 et à nous efforcer constamment de faire mieux.

La voile est immense et c’est un réel privilège de voir les océans du monde de cette façon.

J’étais sûr dès la première semaine de la course que c’était le sport pour moi, et à partir du moment où je suis descendu de Medallia, j’ai commencé à penser à 2024…

J’ai bien aimé lire Pip Hare: Qu’est-ce que ça fait de courir le Vendée Globe?

Un abonnement au magazine mensuel Yachting coûte environ 40% de moins que le prix de couverture.

Les éditions imprimées et numériques sont disponibles via Magazines Direct, où vous pouvez également trouver les dernières offres.

YM regorge d’informations pour vous aider à tirer le meilleur parti de votre temps sur l’eau.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et Instagram.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *