Connect with us

Sport

Une taxe sur le football sauvera-t-elle le football?

Published

on

Une taxe sur le football sauvera-t-elle le football?

Il y a quelque chose qui cloche dans les déclarations de divers représentants des institutions européennes qui se distancient du projet Super League. En fait, c’est précisément la force disruptive du projet européen qui a façonné le football tel que nous le connaissons aujourd’hui: une compétition, c’est-à-dire dans laquelle les équipes peuvent se prévaloir de tous les meilleurs joueurs disponibles au sein de l’UE, sans limite de nationalité, et ils reflètent donc de moins en moins le pays d’origine.

Au moins, cela nous a été apporté par l’arrêt Bosman de 1995, qui a ouvert la voie à la libre circulation des joueurs de football entre les pays européens, sapant le modèle de football que nous connaissions jusqu’alors, à savoir celui basé sur des ligues de football purement nationales.

Le nouveau modèle paneuropéen a certainement aidé le football à se développer et à devenir une entreprise milliardaire, bien que dans des situations parfois surréalistes: le match Inter-Udinese 2016 dans lequel les deux équipes ont pris le terrain avec 22 étrangers et aucun Italien n’était célèbre. Le droit européen n’a pas annulé l’exception sportive, entendue comme l’ensemble des objectifs de solidarité et d’éducation permettant de s’écarter des mécanismes du marché, mais il en a fortement restreint les domaines.

Ainsi, le projet Superlega ne semble pas si éloigné du contexte européen qui a façonné le football au cours des 25 dernières années. Avoir un super-championnat européen semble aller plus dans le sens de l’intégration européenne que s’en écarter. Quoi de plus européen qu’un championnat continental dans lequel le contexte national disparaît et les supporters applaudissent les équipes d’autres pays, comme si les anciennes frontières n’étaient plus là? Il n’est pas difficile de trouver une continuité entre la disparition des frontières pour les joueurs d’alors, et le dépassement des championnats nationaux aujourd’hui.

A lire aussi   Talent du Futsal : une 1ère édition très attendue !

Bien sûr, Bruxelles ne nous l’impose pas, si tant est qu’elle le permet. D’autant que les raisons de la Super League ne sont pas un choix bureaucratique, mais une décision commerciale d’une activité commerciale basée sur les revenus globaux des droits TV et du merchandising, et non plus sur des stades et des supporters ancrés dans le territoire comme par le passé. En particulier, ce qui compte, ce sont les droits télévisuels que les super clubs de football aimeraient collecter entièrement et directement, et ne plus partager avec les petites équipes et fédérations.

Par conséquent, les utilisateurs de télévision comptent plus que les fans. De nos jours, il n’est pas étrange de trouver des applaudissements japonais pour les équipes de football espagnoles et italiennes, ou des paris anglais sur des matchs allemands, et donc l’activité s’est mondialisée. Ceci ne vaut cependant que pour une vingtaine de clubs, c’est-à-dire les 12 promoteurs de la Super League plus ceux qui y pensent. Les autres miettes resteront.

La technologie a également eu sa part: les plateformes en ligne, les réseaux et le streaming ont été les vecteurs de cette mondialisation, permettant l’utilisation en temps réel et globale d’événements sportifs autrefois connus uniquement en lisant le journal du lendemain. Internet a mondialisé le football, ou plutôt une partie de celui-ci, le crapulona le plus réussi et même le plus ennuyeux.

Que peut faire l’Union européenne dans un tel contexte?

Paradoxalement, toutes les règles du marché unique, de la libre circulation aux règles de concurrence, semblent récompenser les clubs dissidents. Les sanctions menacées par les fédérations pourraient s’avérer être des boomerangs. Il semble maintenant trop tard pour ressusciter la question de l’exception sportive, après 25 ans de libéralisation du football: l’idée de Bosman était bonne au départ, mais la combinaison avec l’activité télévisuelle et le développement technologique ont conduit à des résultats que peut-être en 1995 ils étaient prévisibles, et il semble maintenant trop tard pour reconsidérer. Il est donc impossible de recréer des barrières, donc la solidarité doit être imposée par la loi, et ici l’Union européenne ne s’y opposera pas: après la web taxe pour les géants de l’internet, peut-être commencerons-nous à parler de footbal-tax pour les clubs de football les plus prestigieux. .

A lire aussi   Patrick Legouverneur « Il sera donc difficile de faire plus mal que ce que nous avons fait jusqu’à présent »
Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *