Connect with us

Sport

Le football revient à la maison

Published

on

Le football revient à la maison

Ces derniers jours, il a joué contre l’équipe nationale anglaise, avec trois victoires sur trois: contre Saint-Marin à domicile, l’Albanie à l’extérieur, la Pologne toujours à domicile. Un écho discret dans les médias, largement écho de l’ordonnance car dans tous les cas les espaces papier et web doivent être remplis et un ton patriotique minimum doit être maintenu, une marche périodique sur les œufs entre réalisme et utopie. Le premier est plus sage mais attire moins de clics et vend (encore) moins d’exemplaires, le second aide à tromper, pour la énième fois depuis 1966, que l’Angleterre pourrait remporter un grand tournoi international.

Cela peut toujours arriver, bien sûr, en particulier dans les compétitions avec quelques matchs où vous pouvez vous faufiler dans une série de performances de haut niveau, mais l’expédition ratée de la Ligue des Nations portugaise de l’année dernière, avec la demi-finale perdue par les favoris contre les Pays-Bas, a ravivé les doutes habituels. Et fondamentalement, même la bonne Coupe du monde 2018, en pratique, n’avait pas convaincu à cent pour cent: il est vrai que dans ces épreuves, il n’est pas important de bien jouer mais en attendant de passer la phase de groupes de quelque manière que ce soit et de tout réinitialiser, mais les Anglais avaient battu la Tunisie à la dernière minute, dépassé facilement le Panama puis perdu au premier véritable obstacle, la Belgique. Au deuxième tour, la Colombie n’a battu qu’aux tirs au but, en quart de finale un joli 2-0 contre la Suède, puis la défaite en prolongation contre la Croatie en demi-finale et de nouveau contre la Belgique en finale.

Au total, une seule victoire nette dans les moments qui comptaient vraiment, celle contre la Suède: même si la façon de jouer, la verve et la facilité de toucher de certains joueurs vus dans ces circonstances avaient été très encourageantes. Et apprécié par les supporters, qui après la défaite en demi-finale avaient joyeusement salué les joueurs avec une standing ovation et le chant, bien intitulé, de Ne pas regarder en arrière avec colère, le fameux succès d’Oasis. Que l’Angleterre avait choisi la défense à 3, avec Maguire, Stones et Walker, ce dernier étant coupable de ne pas se sentir très à l’aise dans le rôle, Trippier à droite et Ashley Young à gauche, Delph, Dier, Henderson et Alli en alternance. entre les deux et Lingard soutenant souvent Kane et Sterling en avant.

A lire aussi   Yannick Nzomba (CSL Aulnay) : « Bravo aux joueurs, l’aventure continue ! »

Après la Coupe du monde, l’entraîneur Gareth Southgate avait continué avec le 3-5-2 / 3-4-1-2 pendant quelques matchs dans le groupe de l’indispensable Ligue des Nations, avant de passer au 4-3-3 contre la Croatie. et dans la grande victoire à l’extérieur contre l’Espagne, peut-être le meilleur match de ces dernières années, et en plus avec l’âge moyen le plus bas des propriétaires depuis 1959. Là, Dier était le milieu de terrain devant la défense, un rôle joué plus tard par Delph, tandis que dans les derniers matches, en bref, les seuls jamais présents ont été Kalvin Phillips de Leeds United et Mason Mount de Chelsea, avec James Ward-Prowse de Southampton dans le premier et Declan Rice de West Ham United dans les deuxième et troisième. Rice a été plus central dans ce qui semblait être principalement un 4-3-3 contre la Pologne, plus aux côtés de Phillips dans le 4-2-3-1 apparent contre les Albanais. Un créateur de jeu non plus: à Leeds, Phillips est la pierre angulaire du 4-3-3 / 4-1-4-1, avec une capacité de course exceptionnelle et une couverture du terrain dans une équipe qui a également des compétences athlétiques terrifiantes., Tout en Le riz est la protection qui permet à Tomas Soucek, dans le 4-2-3-1 des Irons, d’avancer. Voici donc un autre dilemme potentiel, celui de la créativité.

En Russie, malgré l’arrivée en demi-finale, rien que ça manquait, le changement de rythme au milieu de terrain manquait: en demi-finale il était clair que les Croates avaient un Modric et non l’Anglais, et celui du joueur du milieu sur le terrain où il prend le ballon sans crainte et le gère de manière agressive et innovante, comme Paul Gascoigne l’a fait jadis, a souvent été un point douloureux pour les Anglais.

Déjà en 2011, Trevor Brooking, un grand protagoniste dans le passé avec West Ham et l’équipe nationale, avait souligné comme problème principal le manque de créativité et de raffinement du football au milieu du terrain, un défaut structurel qui n’avait pas été corrigé même par les représentants de la deuxième vague de la soi-disant génération dorée, un terme en fait inventé pour le Rio Ferdinand, le Gary Neville, le David Beckham, le Michael Owen, “ né ” dans le sensationnel 5-1 infligé à l’Allemagne dans le monde qualificatifs le 1er septembre 2001.

A lire aussi   Le Stade Amplepuisien toujours en état de grâce

Sur le banc ce soir-là à l’Olympiastadion de Munich se trouvait Sven-Goran Eriksson, qui avait remplacé Kevin Keegan, démissionnaire après le 0-1 à domicile contre les mêmes adversaires un an plus tôt. Et s’il est vrai qu’il suffit de lire son autobiographie, “ Ma vie dans le football ”, pour comprendre pourquoi Keegan doit toujours être l’idole de quiconque aime un certain type de football anglais maintenant malheureusement englouti par la mondialisation du football et le conformisme des pétales (quelle leçon de fierté et de dignité, les Polonais debout à Wembley indiquant “ Respect ” – un mot qui en dit plus que beaucoup de slogans – à côté des Anglais à genoux et hétérodirect, avant le coup d’envoi), il est vrai que le changement de perspective avec Eriksson, cela avait été remarquable: Keegan, un jour, même… s’est endormi lors d’une réunion tactique, un aspect qui ne l’intéressait guère.

Sans Steven Gerrard et Neville, blessés, l’équipe nationale avait réalisé moins que prévu lors de la Coupe du monde 2002, s’inclinant face au Brésil en quarts de finale, ainsi que face au Portugal en huitièmes de finale 2006: le “ attendu ” reposait à la fois sur les performances des différents joueurs avec les deux clubs et leur réputation, mais ce n’était pas la première fois qu’une erreur d’appréciation était commise sur les talents anglais, les surestimant par rapport à leurs adversaires. C’est arrivé, par exemple, même avec le couple de milieux de terrain les plus aimés des hipsters, Frank Lampard et Gerrard lui-même, tous deux excellaient individuellement mais rarement ensemble, sans pour autant tenter d’en choisir un seul, aux côtés d’un joueur moins proactif mais plus défensif, n’a jamais vraiment été mis au point par les entraîneurs, trop craintif par la suite.

Le seul à l’avoir essayé lors d’occasions importantes était Fabio Capello à la Coupe du monde 2010: premier match, 1-1 contre les États-Unis, avec les deux jumelés au milieu du terrain, et Gerrard a également marqué après 4 ‘, du suivant. match – 0-0 triste contre l’Algérie – Gerrard avait joué nominalement sur l’aile gauche, avec Gareth Barry à côté de Lampard. En 2014, le groupe avec l’Italie, Gerrard et Henderson se sont jumelés en 4-2-3-1, Après, ça a été encore pire: l’Angleterre au point le plus bas de son histoire récente, l’élimination aux Championnats d’Europe 2016 contre l’Islande au milieu de terrain avait Dele Alli, Eric Dier et… Wayne Rooney dans l’une de ses dernières incarnations crédibles. Bref, sans en venir aux dérives de Sam Allardyce, qui dans le court terme en fonction avait pensé nationaliser … Steven Nzonzi (enfin, pour avoir même pensé que CECI devait être disculpé, pour rien d’autre) pour avoir un acteur légèrement différent au milieu du terrain, la fonction cruciale de lien entre défense et attaque a souvent été interprétée d’une manière qui n’est pas adaptée au niveau des compétitions internationales.

A lire aussi   Thierry Zarrouk « Carnoux nous avait posé énormément de problèmes »

Revenant ensuite au présent, le retour à la santé de Jordan Henderson ferait de lui le partant de la phase finale des Championnats d’Europe, Mount étant probablement présent pour la qualité du jeu avec et sans ballon. Mount that – il faut le rappeler pour mémoire, même si certaines absurdités ne doivent même pas être mentionnées – a été accusé par de nombreux fans d’être du classique … les tâches, se sacrifier, courir, être altruiste sans attirer l’attention sur soi, clairement une longue vie aux cocchini et la censure aux fans, qui ne réussissent presque jamais à en faire une bonne.

Et les autres départements? Eh bien, il y a du temps: dans un mois et demi, les matches des clubs disparaîtront, c’est le plus excitant – opinion personnelle, bien sûr – et les équipes nationales devront parler d’elles-mêmes. Et là nous reviendrons en détail, beaucoup de détails. Parce que “ cette chose à propos du football est de retour à la maison est rhétorique et Lisa, mais un Européen avec une finale à Wembley a un certain effet, surtout s’il est précédé par l’Angleterre-Écosse.

Sources :

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *